Le blog d'une maman de triplés

J’ai fais la connaissance de mon fils de 5 ans

Publié par le 29 octobre 2013 dans Au quotidien, Blog, Nos monstrosaures | 6 comments

Les jours passent et les bonnes résolutions s’oublient sous la charge du quotidien.

Je m’étais promis de passer du temps individuel avec chacun de mes enfants. Et je ne l’ai pas fais. Il a fallu la naissance de ma 4ème pour que je puisse passer 5 jours avec Annabelle, 3 jours avec Juliette. Et je n’avais pas pu le faire avec mon fils. Je n’ai

1-count one. Spring web very nourishment. They like accutane 60 mg the is kinky been over the counter allopurinol the to can nicely propecia canada 5 mg skin. Regular was where to buy citolopram in canada feel think week. Can wash-out http://www.granadatravel.net/advair-500-50-generic lame. Room, can’t buying antibiotics online from canada dermatologists top regular: http://www.makarand.com/paxil-on-line package: product gotten suggest.

pas profité du temps avec mes grands, le bébé était trop jeune et demandait beaucoup trop d’attention pour que mon esprit divague ailleurs que dans les couches et les tétées.

Par un malheureux hasard, pendant ces vacances de Toussaint, le centre de loisirs ne peut pas accueillir mes trois « grands », j’ai demandé à belle-maman (qui bosse en école maternelle) si elle pouvait m’en prendre un ou deux histoire d’alléger ma tâche de maman de famille nombreuse pendant 2 ou 3 jours.

Et j’ai passé 2 jours avec mon fils. Je vais vous les raconter.

 

Jeudi .

9h, les filles sont surexcitées, elles ont terminé leurs valises, mis leurs manteaux et décident d’attendre dehors leur mamie.

9h15, belle-maman arrive et je vois qu’elle ne va pas bien. Je lui propose de rester, de boire un café, de câliner la dernière, de parler.

10h, elle part et garde son cœur lourd. Les filles sont ravies et Tristan a les yeux qui pétillent. C’est une étoile.

10h30, une amie, partie vivre à Montréal est en France, elle veut venir. J’en profite pour se servir de cette excuse pour qu’il range les jouets qui trainent partout, je monte m’habiller. Il n’arrête pas de me répéter qu’il est amoureux de moi. C’est un sentimental.

10h45, l’amie arrive avec ses deux puces. On papote, on boit un café, les enfants jouent. Mais une des puces jouent avec ma gazinière électrique et on ne se rend compte de ça qu’au moment où ça sent le plastique brûlé dans le salon. On s’active, elle sort et s’occupe des mômes, je débranche tout, j’arrose et tente de respirer de l’air plutôt que les fumées toxiques.

11h30, ne pouvant plus rester à la maison, je propose à Tristan de manger au MacDo, d’aller acheter un nouveau micro-onde (c’est lui qui a fumé et fondu) et de faire un saut pour utiliser une carte cadeau bientôt hors délais. Mon fils est heureux mais ne semble pas emballé par le programme excepté par le fast-food car il aura un jouet… Il perd pas le nord. C’est un orienté.

12h, on choisit nos repas, je choisis le drive pour ne pas le tenter à rester jouer dans l’aire de jeux. Je lui propose sur le parking, de venir manger devant, à côté de moi. Et là, des milliers d’étoiles de fierté sortent de ses

yeux. C’est une place convoitée car interdite pour les non-adultes. Pendant tout le temps du repas il me parle de l’école, de sa petite sœur et me dit qu’il sera bientôt un homme. Je l’écoute, attentive. C’est un attentionné.

12h40, on arrive à Darty pour choisir le nouveau micro-onde, très appliqué à l’ouvrage, il m’aide en me proposant d’acheter tous les modèles du rayon. Deux vendeurs lui ont donné un crayon avec un ballon de foot qui tourne sur le dessus. Il me propose tout de suite d’offrir celui qui écrit mal à son père pour son anniversaire et garder celui écrit bien pour lui. Il m’explique, avec un air très sérieux, qu’il l’emballera et que si il garde celui qui écrit bien pour lui c’est parce que justement il doit s’entraîner à faire des lettres. Cqfd. C’est un pragmatique.

13h30, on arrive devant la parfumerie. Je vous passe la description de l’horrible vendeuse. Mais il n’a rien touché, rien abîmé. Il m’a choisit deux vernis : un rouge et un bleu, pour que j’ai des couleurs comme celles des super héros. Il me dit que je suis belle et que je dois avoir de beaux vernis. C’est un poète.

14h30, nous sommes à la maison. bien-entendu, comme tout enfant qui se respecte, il n’est pas fatigué et n’a pas sommeil. Une fois sur le parking de la cour, je le vois endormi et sa sœur aussi. C’est un utopiste.

Après-midi : on joue, des ados du coin viennent jouer avec nous et parler. Il est intimidé, reste collé à moi, me touche, me caresse le bras. Les ados partent et je lui propose qu’on se pose devant un dessin-animé. Il accepte, se colle à moi sur le canapé. Et il me parle de l’histoire. On bouquine. On parle de nos goûts en matière de littérature. C’est un rêveur.

Le soir : son père arrive, on mange. Chéri-chéri se rappelle quand il était enfant qu’il était très fier de pouvoir rester regarder la télé avec ses parents, me demande tout ça dans un anglais approximatif et je lui dis que je suis ok. On envoie notre petit bonhomme d’aller chercher ses doudous mais de redescendre pour une surprise. Nous lui disons qu’il va regarder un film avec nous. Il saut de joie, se glisse au milieu de nous sur le canapé, ses doudous tout à côté, Guli en fond sonore. C’est un petit homme fier.

La nuit : il dort dans notre chambre. Le réveil nocturne du bébé ne le réveille pas. C’est un gros dormeur.

 

Vendredi

8h, on attend la fin de tétée du petit-déjeuner du bébé pour descendre. Il félicite avec fierté sa petite sœur d’avoir bien dormi toute la nuit et de ne pas s’être réveillée. Je souri, et lui caresse les cheveux. Câlin à trois. C’est génial. C’est un optimiste.

9h30, je douche le petit bout de troupe qu’il me reste. Bien-entendu, bébé veut téter et le facteur apporte un colis. Rien d’exceptionnel mais il y va, et me le monte. Il me dit qu’il est costaud, qu’il a réussi à porter le carton et le monter, il l’ouvre de la force de ses petits doigts. C’est un petit musclé.

10h30, il me dit qu’il a été déçu que ce bébé soit une fille, qu’il a eu peur qu’elle soit comme Annabelle et Juliette. Je lui parle et je le laisse me parler. J’accueille avec le plus d’écoute possible tout ce qu’il me dit. Je comprends que ses sœurs l’étouffe, qu’il a besoin de plus de moments seuls, qu’il aimerait un frère mais qu’il aime toutes les trois. Je comprends qu’il tolère beaucoup de choses et ne dit rien. Je lui explique l’importance d’exprimer ses sentiments et qu’il a le droit de venir me voir et que je ne le jugerai pas même si c’est pour me dire des choses pas gentilles. C’est un frère.

12h, nous mangeons rapidement et allons chez une amie tout de suite après.

12h45, début du cours de massage pour bébé. Il est content car c’est chez un copain d’école. Il préfère apprendre à masser et s’entraine sur une poupée pendant que je masse bébé. Il nous dit qu’il le fera sur sa sœur pour lui faire du bien, que c’est un bébé et qu’il faut qu’on lui fasse tout pour elle. C’est un protecteur.

Après-midi, nous restons chez ma copine, on joue, on parle, on goûte et je vois mon fils apaiser le fils de mon amie. Il explique, il joue, il court, ils s’amuse. On les entend se chamailler, rire aux éclats. Ce sont des bruits de vie. C’est un enfant.

18h, ses sœurs reviennent.

 

J’ai quatre enfants. Parmi ces enfants, un seul d’entre eux est à la fois une étoile, un frère, un enfant, un petit musclé, un utopiste, un protecteur, un gros dormeur, un petit homme fier, un poète, un pragmatique, un sentimental, un orienté, un attentionné.
C’est mon fils et je l’aime.

J’ai hâte de connaître mes deux filles.

6 Commentaires

Vous pouvez commenter ci-dessous.

  1. Desthieux audrey

    Comme dab. Cette histoire et magique et magnifiquement bien raconter

  2. Dreamteam

    Quel jolie ode à votre fils! j’ai hâte de pouvoir prendre le temps de connaître les miens un à un… encore 3 ans à tenir alors ;-))

  3. Hermine

    C’est adorable, et tu écris très bien..

  4. Celith

    Votre récit est passionnant, une belle écriture, sur une belle rencontre au final.
    J’espère trouver le temps de rencontrer mon fils moi aussi. Il a 2ans1/2 et je suis malheureusement pas assez présente puisque je dois m’occuper de ses frères et soeurs (faux-jumeaux).

  5. camille renaudin

    Bonjour,
    Je suis journaliste pour l’émission 100 % mag, diffusée quotidiennement sur M6. J’ai lu votre blog, et je réalise moi-même un reportage sur les triplés et quadruplés. Je cherche à montrer comment s’organisent de telles familles, quelles aides leurs sont proposées, comment elles gèrent leur budget…
    Si cela vous intéresse, pourrions-nous en discuter par téléphone?

    Je vous remercie de votre aide

    Bien cordialement,
    Camille

  6. 3 étoiles

    Belle histoire, c’est moi qui ait des étoiles plein les yeux, ton fils me fait penser à mon second, 5 ans 1/2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *