Le blog d'une maman de triplés

Le diabète gestationnel

Publié par le 24 mars 2013 dans Astuces, Au quotidien, Blog | 0 commentaire

Je n’ai pas fais d’annonce officielle sur le web mais je suis enceinte.
Enceinte de mon 4ème enfant. Il n’y en a qu’un. Et j’ai une grossesse qui pour le moment se déroule sans difficultés, j’ai donc droit à un suivi classique qui me semble en comparaison hyper hyper léger. Et ça me va bien. A chéri-chéri aussi.

Aux alentours de la 24ème semaine d’aménorrhée, certaines d’entre nous peuvent/doivent passer le fameux et tant redouté test du diabète gestationnel. J’y ai droit car j’ai un fort surpoids et que de mon côté familial, tout le monde ou presque est diabétique sous insuline.

Du coup, je me suis dis que je pouvais rédiger un petit article sur ce test, et que ça pourrait vous aider à trouver des informations ailleurs que sur les forums.

Le test est-il obligatoire ?
Non. Il est conseillé chez les femmes à risques.
Je vous donne les critères médicaux pour appartenir à cette catégorie :
– le surpoids, l’obésité
– femmes ayant des antécédents personnels ou familiaux de diabète (avec ou sans insuline)
– âge supérieur à 35 ans pour la future mère
– macrosomie ou gros bébé à la naissance (pour une grossesse antérieur)
Avec leurs critères ils râtissent larges je trouve
A noter que si la mère n’a aucun de ces facteurs de risques, on pourra faire un test aux femmes ayant un gros bébé ( supérieur au 97ème percentile) ou si elles ont trop de liquide amniotique.

Le test n’est pas obligatoire, je ne le fais pas mais j’aimerai savoir quels sont les risques si j’ai un diabète de la femme enceinte ?
Ici c’est le paragraphe alarmiste et je ne cherche en AUCUN cas à culpabiliser les mères qui ne le font pas, c’est leur médecin qui peut les aider à prendre cette décision (j’ai dis « aider », pas « imposer »)

Les risques pour le bébé sont :
– gros bébé, macrosomie (le plus souvent) avec un poids supérieur à 4kg qui peut entraîner un accouchement difficile ou compliqué
– détresse respiratoire
– hypoglycémie (pas assez de sucre dans le sang)
– risque de développer un diabète (type 2)

Les risques pour la maman sont :
– prise de poids importante
– oedème
– césarienne
– hypertension
– accouchement prématuré
– développer un diabète après la grossesse
– toxémie gravidique

Je tiens à préciser que je ne SAIS PAS dans quelle proportions et quelles sont les pourcentages appliqués à la réalité pour ces complications. Je ne trouve pas de chiffres, ou plutôt j’en trouve mais c’est jamais les mêmes dont pour moi ils ne sont pas fiables. Si l’un ou l’une d’entre vous sait la « hierarchie » de ces complications je suis preneuse.

Qu’est ce qui va m’arriver si je passe ce test ?
Vous allez passer le test O’Sullivan (c’est le nom qu’on utilisait « jadis ») ou désormais nommé test d’hyperglycémie provoquée.

En pratique, comment ça se passe ?
Ce test se déroule de façon très simple.
On nous fait boire. Pas de l’eau, pas de l’alcool mais du sucre. Et attention, du sucre pur en énorme quantité : 75g pour être exacte.
alors pour les novices ça parrait rien mais je vous assure que c’est tout simplement dégueulasse, j’en ai la nausée rien que d’y penser. Et pour couronner le tout, je suis au bord du malaise quand on me fait boire cette portion infâme (je l’ai fait pour la grossesse de triplés aussi).
Franchement, les labos ont de gros efforts à faire au sujet de cette potion magique. Pour vous donner une idée, vous devez ingurgiter en un minimum de temps l’équivalent de 5 cuillères à soupe de sucre, 3,5 danette , 2 cannettes de coca, 4 barres de snickers. Les fabricants devraient trouver un moyen de nous faire manger ou boire quelque chose d’aussi bon et d’aussi sucré parceque pour le moment je ne connais personne qui a aimé boire la potion.

Que se passe t-il une fois que j’ai bu la boisson?
Le but de la manoeuvre, c’est de voir comment votre pancréas réagit et à quelle vitesse il fait baisser votre taux de sucre dans le sang.
Il y a deux possibilités qui s’offrent devant nous, pauvres femmes potentiellement diabétiques :
– votre pancréas est un organe de compétition et vous avez de jolis chiffres « faibles » dans votre sang, le taux de sucre ( = glycémie ) est normal, vous ne faites pas de diabète gestationnel. Félicitations à vous, vous allez pouvoir manger des glaces !
– votre pancréas n’arrive pas à suivre le rythme que la grossesse lui impose. Votre glycémie est élevée = pas de bol pour vous, vous êtes vicitime du diabète gestationnel.

Quels sont les chiffres de la glycémie qui vont faire dire à mon gynéco que j’ai du diabète?
A jeûn, votre glycémie doit être inférieure à 0,92 g / L
1h après avoir bu la potion, elle doit être inférieure à 1,80 g / L
2h après avoir bu la potion, elle doit être inférieure à 1,53 g/ L

Il suffit qu’un de ces chiffres soit au dessus pour que votre pancréas soit qualifié de fatigué.

J’ai du diabète gestationnel, qu’est ce qu’il va m’arriver?
Rassurez-vous, on ne va pas vous couper vos mains pour ne plus que vous mangiez du sucre, on ne va pas non plus vous faire grimper en haut du Mont-Blanc pour vous punir !
Première chose à faire : se motiver ! Ne pas culpabiliser, c’est pas votre faute!
Deuxième chose à faire : revoir nos habitudes alimentaires pour ré-équilibrer nos apports en surcres rapides et sucres lents. En bref, il faut aller voir un diététicien ou un nutritionniste.
Troisième chose à faire : s’auto-surveiller son taux de sucre dans le sang : on se pique le bout du doigt avant et après le repas, à chaque repas, on met la goutte de sang dans un lecteur et nous avons en direct le résultat.
Quatrième chose à faire : garder une activité physique avec avis médical

Il arrive que malgré toutes ces précautions et changements dans votre vie que votre taux de sucre soit haut. Il vous faudra alors vous faire des injections d’insuline.

J’espère que cet article vous aidera et vous rendra moins obscur ces termes médicaux, le test en lui-même et l’après résultat.
N’hésitez pas à parler, discuter et échanger avec votre gynécologue ou votre sage-femme. Ca ne sert à rien de rester dans l’angoisse et l’inquiétude. Rappellez-vous que vous n’êtes pas seule dans ce cas et bon courage aux mamans diabétiques !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *